Photorail - Les plus belles photos ferroviaires | Hommes au travail

Le 18 février 1957 en gare d’Austerlitz, un chef de sécurité, reconnaissable à la coiffe blanche de sa casquette, va procéder avec son drapeau rouge à des manœuvres. L’équipe des brigadiers attend lesLe sobre bureau des renseignements de la gare d’Orsay tel qu’il se présente en juillet 1967. Derrière le comptoir en boiserie de chêne s’activent les agents SNCF. Le premier en blouse blanche renseignL’équipe de ce premier « Capitole » du 15 novembre 1960 est sous les feux de la rampe : le conducteur électricien, un chef traction et un inspecteur traction se prêtent au jeu de la photographie histoUn contrôleur de la gare d’Orsay assure la commande du nouveau tableau horaire lumineux en 1961. Cet agent à l’échelle 5 est reconnaissable à sa casquette rigide et à sa jugulaire en tissu rouge aux lMadame Gilardeau, chef de halte de La Bretonnière-La Norville.Le sous-chef de gare de 2e classe Sart vérifie l’étiquetage des bagages à charger dans un fourgon en gare de Brétigny en février 1962. Cinq étoiles en cannetille or représentent son grade qui correspoEn février 1958, un aiguilleur manipule un levier au poste C de Brétigny, en vérifiant la bonne réalisation effective par contrôle au TCO, le Tableau de Contrôle Optique. Ce poste type Saxby surélevéEn février 1958, un sous-chef trace un itinéraire au petit PRS, Poste tout Relais à transit Souple, de Brétigny. Mis en service en 1954 au poste B, ce PRS commande une dizaine d’itinéraires en gare deAssurant les fonctions de chef de sécurité, M. Sart, sous-chef de gare de 2e classe, porte la casquette à coiffe blanche, le « fromage blanc » des cheminots, une obligation pour les établissements d’uAu sein de l’embranchement particulier du grainier Clause à Brétigny-sur-Orge, quatre couverts sont manœuvrés par un tracteur. Le dernier est un ex-PLM 20 tonnes à frises. Au milieu des années cinquanCe sous-chef lampiste, coiffé de sa casquette souple aux trois étoiles de son grade, dont deux en argent encadrant une en or, vaque à ses occupations et passe devant le poste T du triage de Brétigny.Cette vue intérieure du bureau marchandises de Paris-Tolbiac donne à voir l’atmosphère de travail en avril 1969. C’est ici que ces employés en blouse studieux accueillent le public voulant expédier quM. Montagne, chef lampiste principal et M. Mouricaud, lampiste, s’affairent dans leur lampisterie de Paris-Tolbiac en août 1963. L’un s’occupe des lanternes électriques, les « cocottes minutes », l’auLe poste 1 de Vitry, de type EMU, électromécanique unifié, avait été mis en service en 1969, à l’occasion de la création d’un garage de rames de banlieue sur le site des Ardoines, à proximité des anciLe 22 mai 1971, le « Sud-Express » arrive en gare. Le quai est encore presque vide, seulement occupé par les porteurs de bagages répartis sur toute la longueur du train mais ne va pas tarder à se rempEn 1955, ce scooter Vespa est chargé par les agents de la gare d’Austerlitz, avec une rampe spéciale, dans le fourgon OCEM État 29 de l’Express 2009 aux trois classes. Quittant la capitale à 20 h 50,Construite entre 1927 et 1929 pour déplacer le service des messageries initialement situé en gare d’Austerlitz qu’il fallait agrandir, la nouvelle halle des messageries est due à l’ingénieur Eugène FrUn régulateur travaille à son bureau au PC de Paris-Austerlitz en décembre 1948. Cet agent a un pouvoir décisionnaire sur les circulations d’une section de ligne. Face à lui se trouve un graphique théTous les services commerciaux de la gare d’Orsay avaient été déplacés au sous-sol au début de la décennie 1960 pour libérer le hall, destiné à être vendu ou détruit. Selon le goût de l’époque, les murLe poste central de Paris-Montparnasse fut mis en service par phases du 25 mai au 4 juin 1962. Ce PRS (Poste tout Relais à transit Souple) de 255 itinéraires répartis en trois zones remplace les ancie